Historique de la Band'as

Formation du groupe

Au milieu des années 80, une poignée de musiciens, d'horizons nuancés, a commencé à animer différentes manifestations sportives, toutes aussi diverses que variées : football, basket-ball, volley-ball,… Très vite, cette bande de fêtards, uni par le hasard des rencontres, fut sollicitée par de nombreux comités de fêtes de quartier alentours.
C’est là que Monsieur Jean-Luc DOYEN, enrôla cette phalange festive afin d’animer le «Réveil en Musique» organisé lors du carnaval de Wattrelos et durant les célèbres «Berlouffes». De nombreuses personnes nous demandaient si l’on continuerait à jouer durant l’après-midi.
Très vite, nous comprîmes que la musique de rue et l’animation à toutes heures seraient nos caractéristiques. Pour cela, il fallait officialiser le groupe tout en le structurant. Après des mois de tergiversations, «La Band’As» de Wattrelos vit le jour un samedi du mois de janvier 1991, dans la salle de la Brasserie du St Liévin.
Rapidement, notre nouvelle formation musicale wattrelosienne devint omniprésente à Wattrelos et la région. Impossible de ne pas les croiser lors des fêtes de quartier du St Liévin, du Sartel, du Plouys/Martelotte, du Sapin Vert, sans oublier les grands évènements comme le Carnaval, les «Berlouffes» et le Marché de Noël.

La découverte du style « banda »

Lors d’une prestation de l’autre côté de la frontière, à Estaimpuis, une personne nous sollicita pour animer une fête populaire à Sprimont, dans la région de Liège en Belgique. Quel évènement ! En effet, ce fut notre premier grand départ et notre premier déplacement en bus.
Lors de notre périple, nous rencontrâmes Monsieur THYS, organisateur d’un festival de bandas. Il nous expliqua qu’une banda ressemble à s’y méprendre à notre formation, sans trop nous donner de détails. Nous acceptâmes audacieusement l’invitation bien que notre formation soit à peine créée. Nous représenterons donc Wattrelos au Festival International de Bandas de Dalhem.
Ce qu’avait oublié de dire Mr THYS, c’est que ce festival était l’un des plus gros festivals européens et que toutes les meilleures formations internationales seraient présentes ! Nous pensions jouer pour une petite manifestation, comme à notre habitude. Nous voilà au milieu de 35000 festivaliers entourés de Basques, Landais, Bordelais, Espagnols et Hollandais ! Notre seul but fut de ne pas être ridicule par rapport aux autres écuries. Toutes nos forces passèrent dans la bataille pendant ces deux jours et trois nuits de festival. L’obtention du «Prix de la Ville de Dalhem» nous fit oublier notre fatigue. Nous rentrions avec des souvenirs pleins la tête, heureux et conquis par ce nouveau style musical inconnu chez nous : la Banda.